Colt Python

Le python dans sa boîte

Descriptif

Cette réplique à l'échelle 1:1 du Colt Python, chambré en .357 Magnum, avec canon de 8 pouces et poignée ergonomique Pachmayr, ne laisse apparaître aucun défaut visuel flagrant, UHC ayant eu la très bonne idée de mettre les vis au même endroit que sur le vrai Python. On peut regretter simplement l'absence du marquage « PYTHON .357 » sur le canon. On retrouve un discret logo ASGK au-dessus de la queue de détente, et le logo UHC dans un disque doré sur le côté gauche de la poignée.

Qui dit revolver dit barillet. Et avec le Python, barillet de six cartouches. Huit cartouches factices sont fournies dans la boîte, chacune pouvant accueillir une unique bille, pour un total de six au maximum. La poignée ergonomique est très confortable bien dimensionnée.

L'ABS de la majeure partie de la réplique est peint en gris métallisé. Seule la poignée est en noir mat et l'organe de visée avant en rouge.

Fonctionnement

Le barillet se libère grâce à une petite partie mobile du côté gauche de la réplique et se charge cartouche par cartouche. Une fois le chargement terminé, il faut le réenclencher à la main, ou à l'usage avec un coup de poignet du plus bel effet ! Le tir terminé, il faut libérer à nouveau le barillet et pencher la réplique en arrière afin de faire tomber les étuis, ou utiliser la tige de l'extracteur. Les cartouches factices étant suffisamment libres dans le barillet, la première méthode suffit amplement.

Détail du barilletBarillet ouvert, videL'extracteur de cartouches en action

Essai

Les organes de visée sont corrects. Le petit plus est qu'ils sont réglables sur deux axes, ce qui permet de les ajuster en fonction des billes utilisées ou de la distance.

Cette réplique est moins puissante qu'elle en a l'air, mais reste dans la norme d'un spring. Plutôt étonnant pour un revolver ! Les billes ont toutefois tendance à tomber après 5 m.

Les parties mobiles de cette réplique sont la queue de détente, la sûreté, le barillet et le marteau. Actionner la queue de détente si la réplique n'est pas armée fait tourner le barillet.

Une fois la réplique approvisionnée, il faut la charger en armant le marteau, ce qui fera tourner le barillet d'un sixième de tour, plaçant une cartouche dans l'axe du canon et du percuteur. Il faudra bien sûr refaire cette manipulation entre chaque tir. Difficile de savoir comment fonctionne en détail le mécanisme de cette réplique dans si peu de place, mais on peut apercevoir un tuyau derrière le marteau, ce qui laisse à penser qu'un système de pompe se cache dans la réplique. Un système en tout cas très efficace.

En résumé, une réplique convaincante, très originale et très classe, bien que manquant légèrement de pêche et de munitions. En conclusion, un plaisir à jouer pour le look et la pression imposée par la faible capacité en billes

Données constructeur

Python .357 Magnum spring
  • Fabricant : UHC
  • Référence : UA-941S
  • Matière : ABS pour le corps, métal pour le canon intérieur et la tige de l'extracteur d'étuis
  • Longueur totale : 34,5 cm
  • Hauteur totale : 14,5 cm
  • Largeur totale : 4 cm
  • Poids sans chargeur : 418 g
  • Poids du chargeur (6 cartouches factices) : 12 g
  • Poids total : 430 g
  • Vitesse et énergie cinétique annoncées en 0,12 g : 45 m/s (= 150 fps) => 0,12 J
  • Hop-up : Oui, non réglable
  • Capacité du chargeur : 6 billes (1 par cartouche factice)
  • Sûreté : Oui, au-dessus de la queue de détente
  • Fourni avec un bouchon de canon orange, un petit sachet de billes de 0,12 g et deux petites cibles en papier.

Un commentaire ?

Partager : Twitter Facebook Share on Google+ email

Les commentaires

Page :